[ENG / FR] MAME ROULETTE - 8e épisode

Bonjour à tous mes lecteurs. La rubrique MAME Roulette en est maintenant à son 8ème épisode.

Cette semaine encore, j'ai sauté mon rendez-vous habituel du jeudi (la session d'examens approche et j'ai moins de temps libre) mais aujourd'hui je vais me rattraper en vous recommandant 3 titres du passé à jouer sur MAME (et autres émulateurs).

La Coupe du monde a commencé (au milieu d'une certaine controverse, même de ma part, pour le peu que cela importe) et je veux consacrer cet épisode aux jeux de football. Je me souviens qu'enfant, je mettais souvent mon frère au défi avec certains de ces titres (même s'ils étaient déjà vieux à l'époque), pas tant parce qu'ils étaient réalistes ou actuels, mais parce qu'ils étaient vraiment amusants. Nous pouvions passer une matinée entière à jouer pendant les vacances d'été, et l'après-midi, nous pouvions aller jouer dehors, car c'est ça le football : la joie ! J'ai vraiment aimé vivre le football de cette manière et je pense que le football joué dans les années 80 et 90 était l'expression ultime de cette joie. Je ne me reconnais pas dans ce football moderne où il y a trop d'argent.
Cette petite parenthèse terminée, commençons par le premier titre.

VIRTUA STRIKER - Sega 1994

VirtuaStriker est le géniteur de la grande saga du football arcade, développé et publié par Sega en mai 1995, bien que l'écran titre indique 1994.
Le jeu est sorti sur le matériel Sega Model 2b, et est le premier jeu de football avec des graphiques 3D, développé en utilisant la même architecture que "Virtua Fighter 2".

Bien que les modèles polygonaux soient assez rudimentaires, VS a réussi à créer des personnages très détaillés et fluides, offrant une expérience de jeu absolument innovante pour son époque de sortie.

Malgré son grand succès en salles, Sega ne l'a jamais converti pour la Saturn, sa console phare de l'époque, mais ses suites ont connu un sort différent, faisant leur chemin dans les foyers des heureux propriétaires de Dreamcast et de GameCube.

Virtua Striker est donc resté une exclusivité de salle/bar jusqu'à très récemment, lorsqu'il a été rendu disponible via Live Arcade et Playstation Network, respectivement sur Xbox 360 et PS3, mais en restant confiné au marché japonais.

Le jeu est basé sur la Coupe du monde 1994, et comporte un total de quatre matchs à compléter : huitièmes de finale, quarts, demi-finales et finale.
Voici les équipes présentes dans le jeu :
Arabie Saoudite
Argentine
Brésil
Bulgarie
Colombie
Corée du Sud
Danemark
France
Allemagne
Japon
Angleterre
Italie
Mexique
Nigeria
Pays-Bas
Espagne
États-Unis
Suède

Le jeu n'ayant pas de licence officielle, les joueurs n'ont pas de noms, mais on peut reconnaître plusieurs champions de l'époque, dont Gullit et Valderrama.

Virtua Striker se joue avec un joystick et 3 boutons qui changent selon que vous êtes en possession du ballon ou non, et peuvent correspondre à des tirs, des passes, des têtes, des centres, des lobs, des glissades et ainsi de suite.
À la fin du temps réglementaire, il y a un court temps de réparation, en cas de match nul, il y aura des prolongations avec la règle du but en or, et enfin des tirs au but.

Enfin, dans Virtua Striker, il y a l'équipe secrète F.C. SEGA, dans laquelle les programmeurs du jeu jouent, et pour la débloquer il y a deux façons :

  • gagner la finale sans jamais continuer (1 pièce)
  • en appuyant sur le bouton START sur les équipes nationales qui composent le nom FC SEGA, c'est-à-dire la France, la Colombie, l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne et l'Argentine.

FIFA 98 : ROAD TO WORLD CUP - Electronic Arts 1997

Ce jeu est sorti à l'époque sur toutes les consoles ou appareils électroniques qui permettaient de donner vie à ces deux ou trois polygones. Évidemment, si nous prenons le compartiment technique et le comparons même à Fifa 2001, cela vous ferait saigner des yeux instantanément, alors ne nous perdons pas en bavardages.

Intro : Song 2 de Blur. Mais comment était-il avant que tu ne commences à jouer ?

Ce titre est souvent considéré par les fans de la série comme "le meilleur FIFA de tous les temps". Je ne suis pas un fan de jeux de football, mais tous mes amis et mon frère, ont joué à ce titre en boucle.

Prenez votre équipe favorite, entraînez-vous quelques heures ou quelques jours, puis, lorsque vous vous sentez prêt, inscrivez-vous aux éliminatoires de la Coupe du monde et, ensuite, emmenez-la sur le toit du monde... Et c'est ainsi qu'avec Trinidad et Tobago, on peut gagner la Coupe du monde.
Pour ne citer que quelques folies, vous pouvez utiliser des triches pour jouer avec des joueurs à la tête disproportionnée (mode de jeu hilarant) ou vous pouvez faire la faute rouge sur le gardien ou le mauvais tacle pour évacuer votre colère après avoir pris 3 ou 4 poteaux.
J'ai vraiment eu beaucoup de plaisir avec ce jeu.

Iss Pro Evolution

Abréviation du titre très pratique et très japonais : International SuperStar Soccer Professional Evolution.

Aucune licence : pas de joueurs, pas d'équipes, pas de stades, pas de ligues, rien n'avait un nom qui correspondait à la réalité. Ainsi est née une légende appelée Roberto Larcos !

La Master League : c'est le jeu où tout a commencé, où est né ce patrimoine de l'humanité sur lequel nos enfants nous interrogeront un jour. Commencer avec une petite équipe et l'amener au sommet du football international était une idée révolutionnaire qui, avec le temps, s'est avérée être un succès absolu. Dutiful devient ici l'hommage aux premiers joueurs du Master qui sont apparus et ont été remplacés par les classiques Castolo, Espimas et compagnie du jeu suivant. Je parle de Merosi, Jano, Alviano, Satta, Gobbatto, Kittie, Colombo, Ragnotti. Tous ont ensuite été mis aux oubliettes par Konami. Je regrette que personne ne les ait connus pour ce qu'ils étaient : des champions inoubliables.

Babandiga : Premier joueur à acheter dans les masters, il avait la seule qualité dont on avait besoin dans ce jeu : la vitesse à 9. Fin des matchs, l'aile était à lui et il n'y en avait pour personne.

Le Gameplay : l'aspect simulation n'était même pas envisagé à l'époque. Les revues spécialisées se perdaient en éloges ou en critiques de la simulation dans les jeux de football, alors qu'il s'agissait toujours d'un discours totalement inutile.
Mais à l'époque, le seul objectif était de divertir le joueur, et ISS Pro a réussi à le faire, avec une masse de cubes et de triangles et des textures granuleuses. On ne peut que tirer des leçons du passé et de titres comme ceux-ci.


J'espère que vous apprécierez ces jeux au moins autant que nous (certains plus, d'autres moins).

Comme toujours, je vous rappelle que vous pouvez indiquer vos jeux préférés qui n'ont pas été mentionnés ici, afin que vous puissiez les essayer et en rendre compte dans les prochains épisodes.

Qu'en pensez-vous ? Avez-vous déjà joué à l'un de ces titres ? MAME Roulette sera de retour la semaine prochaine.


ENGLISH VERSION

With a little effort, here is also the English version gentlemen.

Hello to all my readers. The MAME Roulette column is now in its 8th episode.

Again this week I skipped my usual Thursday appointment (exams are coming up and I have less free time) but today I'm going to make up for it by recommending 3 past titles to play on MAME (and other emulators).

The World Cup has started (amidst some controversy, even from me, for what little it matters) and I want to dedicate this episode to football games. I remember as a child often challenging my brother with some of these titles (even though they were old by then), not so much because they were realistic or current, but because they were really fun. We could spend a whole morning playing during the summer holidays, and in the afternoon we could go and play outside, because that's what football is all about: fun! I really enjoyed experiencing football in that way and I think the football played in the 80s and 90s was the ultimate expression of that joy. I don't recognise myself in this modern football where there is too much money.
With that aside, let's start with the first title.

VIRTUA STRIKER - Sega 1994

VirtuaStriker is the progenitor of the great arcade football saga, developed and published by Sega in May 1995, although the title screen says 1994.
The game was released on Sega Model 2b hardware, and is the first football game with 3D graphics, developed using the same architecture as "Virtua Fighter 2".

Although the polygonal models were quite rudimentary, VS managed to create highly detailed and fluid characters, offering an absolutely innovative gaming experience for its time of release.

Despite its great success in cinemas, Sega never converted it for the Saturn, its flagship console at the time, but its sequels met a different fate, making their way into the homes of lucky Dreamcast and GameCube owners.

Virtua Striker thus remained a room/bar exclusive until very recently, when it was made available via Live Arcade and Playstation Network, on Xbox 360 and PS3 respectively, but remaining confined to the Japanese market.

The game is based on the 1994 World Cup, and has a total of four matches to complete: round of 16, quarter-finals, semi-finals and final.
The teams featured in the game are:
Saudi Arabia
Argentina
Brazil
Bulgaria
Colombia
Denmark
Denmark
France
Germany
Japan
England
Italy
Mexico
Nigeria
Netherlands
Spain
United States
Sweden

As the game is not officially licensed, the players do not have names, but you can recognise several champions of the time, including Gullit and Valderrama.

Virtua Striker is played with a joystick and 3 buttons that change depending on whether you are in possession of the ball or not, and can correspond to shots, passes, headers, crosses, lobs, slides and so on.
At the end of regulation time, there is a short penalty time, in case of a draw, there will be extra time with the golden goal rule, and finally penalties.

Finally, in Virtua Striker, there is the secret team F.C. SEGA, in which the programmers of the game play, and to unlock it there are two ways:

  • winning the final without ever continuing (1 coin)
  • by pressing the START button on the national teams that make up the name FC SEGA, i.e. France, Colombia, Spain, England, Germany and Argentina.

FIFA 98: ROAD TO WORLD CUP - Electronic Arts 1997

This game was released at the time on any console or electronic device that could bring these two or three polygons to life. Obviously, if we take the technical compartment and even compare it to Fifa 2001, it would make your eyes bleed instantly, so let's not get lost in chatter.

Intro: Song 2 by Blur. But what was he like before you started playing?

This title is often considered by fans of the series as "the best FIFA of all time". I'm not a fan of football games, but all my friends and my brother, have played this title over and over again.

Take your favourite team, train for a few hours or days, then when you feel ready, enter the World Cup qualifiers and then take them to the top of the world... And that's how you can win the World Cup with Trinidad and Tobago.
To name just a few of the crazy things, you can use cheats to play with players with disproportionate heads (hilarious game mode) or you can make the red foul on the keeper or the bad tackle to vent your anger after taking 3 or 4 posts.
I really had a lot of fun with this game.

ISS PRO EVOLUTION - Konami

Abbreviation of the very practical and very Japanese title: International SuperStar Soccer Professional Evolution.

No license: no players, no teams, no stadiums, no leagues, nothing had a name that matched reality. Thus was born a legend called Roberto Larcos!

The Master League: this is the game where it all began, where this heritage of humanity was born that our children will ask us about one day. Starting with a small team and taking it to the top of international football was a revolutionary idea that, over time, proved to be an absolute success. Dutiful here becomes a tribute to the first Master players who appeared and were replaced by the classic Castolo, Espimas and company of the following game. I'm talking about Merosi, Jano, Alviano, Satta, Gobbatto, Kittie, Colombo, Ragnotti. All of them were then forgotten by Konami. I regret that nobody knew them for what they were: unforgettable champions.

Babandiga : First player to be bought in the masters, he had the only quality we needed in this game : speed at 9. At the end of the games, the wing was his and there was no one else's.

Gameplay: the simulation aspect was not even considered at the time. Trade magazines were lost in praise or criticism of simulation in football games, when it was always a totally useless discourse.
But at the time, the only objective was to entertain the player, and ISS Pro succeeded in doing so, with a mass of cubes and triangles and grainy textures. We can only learn from the past and from titles like these.


I hope you enjoy these games at least as much as we do (some more, some less).

As always, I'd like to remind you that you can list your favourite games that haven't been mentioned here, so that you can try them out and report back in future episodes.

What do you think? Have you played any of these titles yet? MAME Roulette will be back next week.



0
0
0.000
1 comments
avatar

J'ai cru que cela allait parler de la fifa, heureusement non juste de jeux de foot, hihi
Merci pour cet article.


ItharaGaian
Principauté du Bastion (@hive-143869 Community)
Curation Manuelle

BlasonPrincipautéBastionTransparentSmall.png

0
0
0.000